Mineurs non-accompagnés

Parrainage de MNA (mineurs non accompagnés).

De plus en plus d’adolescents arrivent seuls dans notre pays. Ces jeunes sont placés sous la responsabilité de l’Office des Tutelles et Curatelles Professionnelles (OCTP) et logent dans les foyers de l’EVAM destinés aux mineurs. Les plus jeunes sont inscrits à l’école obligatoire, les autres suivent des cours dispensés par l’EVAM.

Les jeunes à parrainer ont en général entre 14 et 17 ans. Le but premier d’un parrainage MNA est d’offrir à un jeune un contact avec un environnement familial, créer des liens d’amitié et quelques repères dans une période de profond bouleversement et de ruptures.

Nous vous proposons ainsi d’accueillir un jeune deux à trois fois par mois pour un repas ou un après-midi ensemble. C’est une occasion de lui faire découvrir la région, parler français partager avec lui des activités sportives, des jeux de société et lui donner ainsi l’occasion de sortir de l’environnement du foyer.

Les plus âgés parmi ces jeunes sont face à un autre défi de taille: aussitôt majeurs, ils devront quitter les foyers et se débrouiller, dans un environnement compliqué, pour trouver un logement, un apprentissage. Les jeunes de 17-18 ans ont donc, en plus d’un parrainage de type familial, besoin d’aide pour les diverses démarches et difficultés à affronter pendant cette période de transition vers l’âge adulte.

DES MINEURS NON ACCOMPAGNES ONT UN BESOIN URGENT DE VOTRE PRESENCE, DEVENEZ PARRAIN OU MARRAINE :
Ecrivez à l’adresse suivante vos coordonnées et description :
mna@action-parrainages.ch

Nous recherchons en priorité pour le parrainage des MNA: des familles avec petits ou grands enfants, ou des couples ayant eu des enfants. Les familles/couples désirant parrainer un jeune reçoivent à domicile la visite d’un représentant de l’Action-parrainage pour discuter des conditions-cadre. Les parrains devront par ailleurs signer un contrat de parrainage avec l’Office des Tutelles et Curatelles Professionnelles et fournir un extrait de casier judiciaire.

Les commentaires sont fermés